Ravalement

Le ravalement de façade

Ravaler les façades permet de maintenir les murs en bon état et de préserver un bâtiment sain de toute infiltration. Ce sont souvent des travaux lourds, à confier à des professionnels expérimentés.

Indépendamment de la nature du logement, la rénovation de façade est une suite d’actions visant à remettre en état les murs extérieurs. Cette rénovation doit tenir compte de l’état de la façade, analyser ses éventuels problèmes et les traiter afin d’assurer la pérennité des murs extérieurs.

Plusieurs étapes sont nécessaires : nettoyage et/ou décapage, réparation et traitement, finitions et protection.

Un ravalement tous les 10 ans !

Les principaux problèmes que l’on rencontre sur les façades sont : le décollement de la peinture ou de l’enduit, les fissures, l’efflorescence (dépôt de sel), l’altération de la couleur (dû à la pollution atmosphérique et/ou biologique) et la dégradation des joints de la façade.

Selon le Code de la construction et de l’habitation : « Les façades d’immeubles doivent être constamment tenues en bon état de propreté ». Le code précise qu’une façade, pour rester en état d’usage, doit être refaite tous les 10 ans.

Lorsque certaines mairie estiment qu’un ravalement est nécessaire, elles procèdent à des injonction de ravaler, obligeant les copropriétaire à effectuer un ravalement à une date donnée. En cas de refus une amende devra être versé (env. 4000€).

LES DEMARCHES POUR UN RAVALEMENT

Un ravalement ne peut être entrepris qu’à certaines conditions : 

  • Une décision votée par les copropriétaires
  • La majorité simple en cas de travaux qui ne concernent pas les parties privatives
  • La majorité absolue lors d’une injonction faite au syndicat des copropriétaires par le maire.
  • La double majorité lorsque le ravalement n’est pas imposé.
  • Déclaration préalable en mairie : le permis de construire n’est plus obligatoire depuis 2007, mais il faut néanmoins faire une déclaration à la mairie dénommée auparavant déclaration de travaux et à présent déclaration préalable.
  • Dépôt d’une demande d’autorisation d’échafauder sur voirie comprenant des frais de voirie* (*Payant suivant les communes).